À la rencontre de la Samaritaine

26 mars 2018 par Sonia Masseau



J’ai enfin compris la rencontre de Jésus avec la femme samaritaine.

Dans le texte de Jean 4, il n’a pas du tout été surpris d’apprendre que cette femme avait été mariée cinq fois. C’est assez fréquent parmi une population très pauvre, tout comme au Bangladesh, dans un contexte où la femme ne peut survivre seule.

J’y suis allée au mois de janvier 2018 pour la première fois, à Dacca. J’ai travaillé avec un ministère qui œuvre auprès des enfants de la rue. Nous sommes allés dans un bidonville et c’est là que j’ai fait la rencontre de la femme samaritaine, une Bangladaise qui a été mariée 3 ou 4 fois.

Mais, ses raisons sont très légitimes : c’est pour manger, se loger et offrir une sécurité à elle et ses enfants qu’elle se remarie. Sans homme, leur situation serait très précaire.

Je suis rentrée chez elle. Malgré tous les maris qu’elle a eus, elle est alors divorcée et se retrouve seule avec ses enfants. Elle est très contente de me recevoir, elle me donne à manger et à boire. Le peu qu’elle a, elle me l’offre. Je suis assise sur son lit, seul meuble de sa maison à une seule pièce.

Elle me parle, me disant que c’est dur pour elle de survivre. Je la regarde dans les yeux et lui prends les mains. Je lui partage mon expérience :  « Moi aussi je suis divorcée, je me suis retrouvée seule avec mes enfants. Mais Dieu a été mon pourvoyeur, Il a été celui qui m’a donné force et courage. »

J’ai partagé à cette femme musulmane l’amour, la grâce que Dieu peut avoir pour elle. Ce que Dieu a fait pour moi, Il peut le faire pour elle également.

Toujours ses mains entre les miennes, je lui demande si elle veut que je prie pour elle. Avec des larmes dans les yeux, elle me dit oui. Alors me voilà en plein milieu d’un bidonville, dans une petite maison de tôle où tout voisinage curieux se rassemble. Tous entendent la prière. Traduite dans leur langue, je demande la grâce, la force et le pardon de Dieu pour cette femme, qui sans le Seigneur n’a aucun espoir. Dans cette petite maison de tôle, je sens la présence de Dieu et l’amour de Jésus, encore pour cette Samaritaine.

 

Pasteure Sonia Masseau 

 



Partager

Suivez-nous /