Dieu transforme le mal en bien

19 novembre 2020 par Équipe médias



Dans la Genèse, le premier livre de la Bible, nous trouvons l’histoire de Joseph qui s’est passée 1 500 ans avant J-C. Cette merveilleuse histoire nous démontre à quel point Dieu peut transformer un état de désolation et de combat, en liberté, paix et joie. Assurément, Dieu transforme le mal en bien.


UN ASCENSEUR ÉMOTIONNEL

Dès sa jeunesse, Dieu donna un rêve à Joseph qu’il ne comprit pas alors. Plusieurs années s’écoulèrent entre ce rêve et son accomplissement. Pourtant, à travers tous les événements qui ont pris place dans la vie de Joseph au fil du temps, Dieu poursuivait son plan pour sa vie.

Dans Genèse 37.1-36, la Bible nous dit que parmi les douze fils de Jacob, Joseph était le préféré de son père qui le chérissait particulièrement. Cela suscita évidemment beaucoup d’envie, de jalousie et de haine chez ses frères, si bien qu’ils le jetèrent dans un puits pour ensuite le vendre comme esclave à Potiphar, officier de Pharaon.

Cependant, Potiphar se rendit rapidement compte que Dieu faisait réussir tout ce que Joseph entreprenait. Il lui donna alors l’intendance de toute sa maison. Par la suite, la femme de Potiphar tenta de faire chuter Joseph en voulant coucher avec lui. N’y parvenant pas, elle le fit emprisonner injustement. (Gn 39.1-23)

Deux ans plus tard, Joseph fut interpellé de sa prison pour interpréter avec succès le rêve de Pharaon qui le nomma alors à la direction de l’Égypte. Cette position l’amena à revoir son père bien-aimé et ses frères, pour enfin se réconcilier avec eux. Ce ne fut donc qu’au bout de toutes ces années que Joseph fut finalement à même de constater la réalisation du rêve qu’il avait fait dans sa jeunesse. 

Cette histoire démontre bien à quel point Dieu a un plan pour chacune de nos vies, malgré les bons et les mauvais jours, malgré les hauts et les bas de nos émotions. Elle veut te prouver que ce n’est pas parce que tu es dans la volonté de Dieu que tout sera simple. Ce n’est pas parce que tu as la faveur de Dieu que ta vie sera facile. Mais Joseph avait un secret qui l’aidait à surmonter toutes ses épreuves. Il avait la crainte de Dieu.


LA CRAINTE DE DIEU

Le mot « crainte » revêt trop souvent un caractère péjoratif représentant la peur, l’éloignement ou la fuite. Pourtant, la crainte de Dieu, telle que décrite dans la Bible, représente une attitude de saine révérence, de respect et de reconnaissance de la toute-puissance de Dieu. Car en effet, Dieu est puissant, mais il est également « amour ». Ce type de crainte de Dieu nous apporte trois éléments importants dans notre marche chrétienne.

La crainte de Dieu nous rappelle que Dieu est omniprésent (Gn 39.9). Dieu me voit, alors je ne veux pas pécher ! Mais nous pouvons aussi lire dans Proverbes 33.18 : « Le regard de l’Éternel est sur ceux qui le craignent, sur ceux qui espèrent en sa bonté. » Oui, la crainte de Dieu nous éloigne du péché, mais elle nous rapproche en même temps de son amour. Oswald Chambers, missionnaire et enseignant du début du XXe siècle écrivait ceci : « La chose remarquable à propos de Dieu, c’est que lorsque tu le crains, tu ne crains rien d’autre, alors que si tu ne crains pas Dieu, tu crains tout le reste. »

La crainte de Dieu nous donne la sagesse. « La crainte de l’Éternel est une source de vie pour se détourner des pièges de la mort. » (Prov. 14.27) Tout comme Dieu donna la sagesse nécessaire à Joseph pour résister à la tentation, il nous invite à fuir radicalement la tentation. Satan rôde pour nous briser, mais la sagesse de Dieu va nous pousser à nous éloigner de ses pièges.

Voici une belle pensée qui porte à réflexion à ce sujet : « Ne gaspille pas ce que tu veux vraiment pour ce que tu veux maintenant. » Reste fidèle à Dieu et à ses commandements, en ayant toujours les yeux fixés sur la Parole, et il te montrera ce qu’il va faire de ta vie, dans son temps. Regarde simplement comment Dieu va guider ta vie.

La crainte de Dieu nous assure protection et faveur (Gn 39.20-21)

Joseph eut à subir beaucoup d’injustice de la part des hommes, mais il gardait les yeux fixés sur Dieu qui transformait le mal en bien pour lui. C’est pour cette raison qu’il devint le bras droit de Pharaon et qu’il sauva l’Égypte de la famine. (Gn 50.20)

Même si tu crois que tu es en train de descendre au fond d’un « puits » émotionnel, crois que Dieu veille sur toi pour t’amener là où il te veut (Prov. 14.26). Même si parfois dans ta vie tu ne comprends pas la saison que tu traverses, sois assuré qu’en son temps, Dieu va transformer tout le mal en bien, comme il l’a fait pour Joseph, et comme il le fait pour chacun de ses enfants.

Genèse 50.20
« Vous aviez projeté de me faire du mal, Dieu l’a transformé en bien pour accomplir ce qui arrive aujourd’hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux. »


LE MAL EN BIEN

Au Japon, il existe une méthode ancestrale de réparation d’objets qui consiste à réparer des articles de porcelaine en recollant les morceaux brisés avec de l’or. Ces porcelaines brisées qui n’avaient plus aucune valeur deviennent alors quelque chose de beau, et même, des objets de prestige. Bien qu’on puisse voir toutes ses « cicatrices » d’or, sa valeur n’en est qu’augmentée : le mal a été transformé en bien.

De la même manière, le sang précieux de Jésus – comme l’or des porcelaines – vient recoller les morceaux brisés de ta vie pour en faire un vase d’honneur à sa gloire…une œuvre admirable ! En effet, Jésus qui était 100% homme et 100% Dieu, s’est sacrifié pour toi et moi. Il a pris sur ses épaules nos fautes, nos péchés, et nos erreurs. Il est ensuite ressuscité pour que la mort ne puisse plus jamais nous séparer de sa présence. Cette espérance incroyable trace l’image de l’issue de notre vie, de notre éternité.

C’est donc la crainte de Dieu qui va me garder dans cette vie et m’aider à fixer les yeux sur l’objectif : retrouver mon Seigneur. Dieu donne son Esprit pour que nous puissions avancer et nous épanouir dans cette vie malgré les situations.

Dieu t’aime comme tu es, mais il t’aime trop pour te laisser comme tu es. Accepte le pardon qu’il t’offre et abandonne-toi à lui. Car si tu dois fléchir les genoux, que ce ne soit pas devant les tentations, la pression ou les difficultés ; si tu dois fléchir les genoux, que ce soit devant sa croix.



Partager

Suivez-nous / top-chretien.svg