La vision et le rêve de Jésus

2 septembre 2022 par Équipe médias



« Mais l'heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité. En effet, ce sont là les adorateurs que recherche le Père. »
— Jean 4.23

Dieu recherche, il désire ardemment et urgemment.

Dieu a doté l’être humain d’un libre choix, d’une capacité de choisir pour accomplir son rêve, sa vision.  Il rêvait d’un peuple éternel. Nous sommes donc appelés à accomplir le rêve de Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

« Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l'ignominie, et s'est assis à la droite du trône de Dieu. Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l'âme découragée. »
— Hébreux 12.1-3

Dieu avait en rêve quelque chose de meilleur et d’éternel.  Il veut que l’on marche et que nous soyons alertes en rejetant tout fardeau ou péché qui nous enveloppe facilement et qui peut nous faire dévier de la vision d’accomplir le rêve de Dieu. Nous devons donc nous questionner : Sommes-nous toujours alertes? Toujours éveillés à la réalité du combat ? Poursuivons-nous encore le rêve et la vision de Jésus?  Avons-nous encore les yeux fixés sur lui?  Le cœur fixé sur lui? Pensons-nous à lui tous les jours? Réalisons que Jésus a accompli parfaitement l’œuvre de notre foi à la croix car il avait une vision de la joie qui lui était destinée, réservée pour ceux qui vont accomplir son rêve. À la croix Jésus avait une vision, un rêve pour toi et moi. Il dit : c’est pour eux que je donne ma vie et que je meurs à la croix.

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. »
— Jean 14.16 -17

Nous sommes remplis de son Esprit afin de remplir le cœur de Dieu de la joie de voir ses enfants accomplir son rêve, sa vision. Notre vie chrétienne n’est pas limitée, nous sommes sauvés et remplis de la vision. Le père va nous donner un autre consolateur.  Un autre qui est complètement différent. Mais il sera comme Christ.

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera. »
— Jean 16.12

Le Saint-Esprit nous ramènera toujours à Jésus. Il annoncera les choses à venir que Jésus a préparées pour nous.

Le récit de la Samaritaine dans Jean 4 donne la révélation du vrai et du faux adorateur. La Samaritaine est une femme rejetée, méprisée, jugée par tous. Ce récit nous indique que les perdus ou les honteux peuvent revenir à Christ.

« Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu, c'est celui de l'antéchrist, dont vous avez appris la venue, et qui maintenant est déjà dans le monde. Vous, petits-enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. Eux, ils sont du monde; c'est pourquoi ils parlent d'après le monde, et le monde les écoute. Nous, nous sommes de Dieu; celui qui connaît Dieu nous écoute; celui qui n'est pas de Dieu ne nous écoute pas: c'est par là que nous connaissons l'esprit de la vérité et l'esprit de l'erreur. »
— Jean 4.1-6

Quand tu vois quelqu’un se faire baptiser, y prends-tu part? Est-ce que tu te dis : « je fais partie de cette œuvre, de l’accomplissement du rêve de Jésus. Je dois aller gagner cette âme. » La Samaritaine était une femme que les Juifs disaient inférieure, elle était une rejetée, une honteuse, une méprisée, une immorale.  Elle était un cœur brisé en mille morceaux, elle ne cherchait pas Jésus. Mais lui, il la cherchait. 

Pourquoi avons-nous besoin de consolateur? Parce que nous aussi pouvons être fatigués du voyage.  Jésus était à bout de force. Il avait soif, il a demandé de l’eau.  Ainsi c’est croire que l’œuvre de la foi va être accomplie par des hommes et des femmes occupés et fatigués. Par l’Esprit de Jésus, quelle que soit la fatigue, nous ramène au besoin du consolateur. Il faut que je fasse ma part par l’Esprit de Dieu, que je demeure attaché.  Que cela ne soit que pour une seule personne de plus qui en a besoin, où qu’elle soit. Sa mission devient alors notre mission, celle d’une Église qui n’arrête jamais d’aimer les âmes. Il faut que l’on annonce la croissance, bénédiction divine, car vous n’arrêtez jamais d’aimer des âmes. 

« Car ses disciples étaient allés en ville pour acheter des vivres. La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? Les Juifs, en effet, n'ont pas de relations avec les Samaritains. Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais demandé à boire, et il t'aurait donné de l'eau vive. Seigneur, lui dit la femme, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond; d'où aurais-tu donc cette eau vive? Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux? Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle. »
— Jean 4.8-14 

Jésus rêve d’un peuple dont l’appel détermine l’attention et l’altitude.  Un peuple qui a l’attention ultime des âmes, au-dessus des préjugés et des interprétations scandaleuses; qui évite la provocation des sujets de basse altitude et qui ne se laisse être aveuglé par l’ennemi. Une église qui accepte la réalité, mais n’abandonne jamais.

« Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s'en alla dans la ville, et dit aux gens : Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait; ne serait-ce point le Christ? Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui. »
— Jean 4. 28-30

Le croyant n’abandonne jamais, il annonce l’abondance en se rendant disponible pour le Seigneur. Dieu veut se servir de chacun de nous pour répandre son message.

Une personne à la fois signifie que si vous étiez le seul chrétien sur la terre, et que cette année, vous sauviez une âme, et que l’année suivante chacun de vous deux sauviez une autre âme, et ainsi de suite, en 35 ans le monde entier serait sauvé. Le consolateur veut se servir de chacun de nous. Puissions-nous être le peuple de la mission de Dieu.

 


________


D'après le message apporté à NV Longueuil.

SI VOUS SOUHAITEZ ÉCOUTER CE MESSAGE, CLIQUEZ ICI.

Vous avez des questions ou des commentaires?
Courriel : blog@nouvellevie.com



Partager

Suivez-nous / top-chretien.svg