Le courage de Jésus

12 août 2022 par Équipe médias



Jean figure parmi les disciples les plus proches de Jésus et est connu sous le nom du « disciple que Jésus aimait ». Pour preuve, c’est à lui que Jésus a confié le soin de sa mère lorsqu’il était sur la croix. Jean est devenu un apôtre et écrivain prolifique dont la contribution au Nouveau Testament fut exceptionnelle : cinq livres parmi lesquels figurent les épîtres de Jean et l’Apocalypse, deux des livres les plus lus et connus de la Bible.

Dans son évangile, Jean aborde l’origine de Jésus différemment des autres évangiles. En effet, il la présente de manière théologique plutôt que géographique et chronologique. Au lieu de parler de la naissance de Jésus, il va plutôt débuter son évangile en disant que « Jésus était au commencement » tout comme on peut le lire dans le livre de la Genèse. Jean trouvait donc important de nous rappeler que Jésus existait déjà avant la création et qu’il est venu habiter parmi nous en passant par le canal de naissance d’une femme. Il est le créateur qui vient visiter sa création. 

Jean était également présent lors des différents miracles de Jésus et avait une relation unique avec lui. Il a lui-même goûté à la puissance transformatrice de Jésus et a été touché par le Saint-Esprit. Il est le seul disciple qui n’a pas abandonné Jésus après son arrestation et le seul présent avec lui au pied de la croix.  Il est un témoin oculaire de la vie, de la mort et de la résurrection du Seigneur. Il est donc celui qui est le mieux placé pour nous le faire découvrir.  

Dans l’Évangile de Jean, l’auteur révèle trois aspects particuliers de la vie de Jésus sans accentuer sa naissance et son enfance.
 

1. Ses partages

Les échanges personnels et poignants entre Jésus et certains individus se faisaient souvent en privé comme sa conversation avec Nicodème, la femme samaritaine et la femme adultère. Chacune de ces rencontres contient une richesse de vérité spirituelle et humaine et démontre l’impact que Jésus avait sur toutes sortes de personnes, croyants ou non, comme quoi une rencontre avec Jésus peut tout changer et tout transformer.
 

2. Ses prodiges

Jean utilisait le terme « signes » pour décrire les miracles de Jésus car pour lui, il s’agit véritablement de signes pour montrer que Jésus est qui il dit il est.
 

3. Sa passion

De son arrestation jusqu’à sa mort, Jésus a subi beaucoup d’humiliation et de moqueries. La mort de Jésus est un moment clé dans la Bible. En effet, elle a été prophétisée dans l’Ancien Testament, décrite dans les Évangiles puis expliquée et appliquée à travers les Épitres. Jean a décrit ce moment déchirant qui faisait pourtant partie de la mission de Jésus et c’est justement l’attitude de Jésus face à la mort qui attire mon attention.

En lisant les chapitres 18 et 19 de l'Évangile de Jean, je me suis posé Les questions suivantes : Quelle sera mon attitude face à la mort? Aurai-je des regrets ou mourrai-je avec courage et foi? Sachant que la façon dont un homme meurt révèle son caractère, serai-je dans la crainte ou dans le calme et la paix? Suis-je capable de supporter ma croix comme Jésus l’a fait? 

Jésus a dû affronter de nombreuses choses : le mensonge, son arrestation, l’humiliation physique et verbale, la douleur physique intense due aux coups de bâton et de fouet, à la couronne d’épines sur sa tête et aux clous dans ses mains et ses pieds. Il a été rejeté par le peuple qui a préféré relâcher Barabbas, le brigand, plutôt que lui. De plus, même un instant, il s’est senti abandonné par son Père céleste. Voici la façon dont le psaume 22 dépeint prophétiquement la scène terrible de la Passion du Christ : « Mon Dieu! Mon Dieu! Pourquoi m'as-tu abandonné? Je suis l'opprobre des hommes et le méprisé du peuple. Tous ceux qui me voient se moquent de moi, ils ouvrent la bouche, secouent la tête: "Recommande-toi à l'Éternel! L'Éternel le sauvera, il le délivrera, puisqu'il l'aime!" De nombreux taureaux sont autour de moi, des taureaux m'environnent. Ils ouvrent contre moi leur gueule, semblables au lion qui déchire et rugit. Je suis comme de l'eau qui s'écoule, et tous mes os se séparent; mon cœur est comme de la cire, il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme l'argile, et ma langue s'attache à mon palais; tu me réduis à la poussière de la mort. Car des chiens m'environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi, ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent; ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique. Sauve-moi de la gueule du lion, délivre-moi des cornes du buffle! »

Pourtant, malgré tout, Jésus a su rester calme et garder sa maitrise de soi. Il a non seulement subit le ridicule et s’est laissé humilier sans réagir —étant pleinement conscient qu’il était Dieu et qu'il lui suffisait de dire un simple mot pour exterminer ses ennemis— il n’a pas fui lorsque les soldats venaient à sa rencontre pour l’arrêter. Même s’il connaissait déjà la réponse, il leur a demandé : « Qui cherchez-vous? » et leur a également confirmé qu’il était bien celui qu’ils cherchaient.

Toutefois, Jésus a affronté tout cela dans son humanité et non sa divinité, en tant qu'homme, limité dans le temps et l’espace, confronté à la fatigue, la faim, la soif et la tristesse. Par son comportement et son courage, il a révélé la fidélité de Dieu, son intégrité et sa compassion. Il nous a prouvé que le courage n’est pas l’absence des sentiments de terreur et de crainte, mais qu'il s'agit plutôt d'une capacité à persévérer malgré ces sentiments. Le courage, c’est d’être comme Jésus qui, malgré l'angoisse, a quand même accepté la croix parce qu'elle était sa mission et sa destinée. C’est pour cette raison que Jésus est l’ultime modèle de courage héroïque.

Je vous encourage à fixer votre regard sur Jésus, malgré la mort et les situations difficiles que vous traversez. Quand nous regardons Jésus, nous apprenons plusieurs choses.

À ne pas être surpris, découragé, ébranlé ou en colère lorsque nous sommes victimes d'une quelconque injustice, qu'on nous ridiculise, qu'on se moque de nous ou qu'on nous persécute, que ce soit des attaques directes, personnelles, ou des attaques générales contre la foi chrétienne. Si Jésus lui-même a été attaqué et persécuté, rappelons-nous que nous aurons aussi à y faire face.

Contrôler nos réactions, nos paroles, nos gestes et nos impulsions naturelles et humaines pour la cause et la mission. Restons et agissons en étant animés par sa grâce face à la pression en suivant l'exemple de Jésus, en préservant notre intégrité et en ne perdant jamais de vue notre mission, notre destinée. Son exemple nous enseigne à faire preuve de patience et de persévérance. Soyons confiants que ces moments difficiles ne seront pas éternels, qu'ils prendront fin, et fixons nos regards sur Jésus et l'exemple qu'il nous a laissé.

Réaliser que Jésus mérite toute notre adoration et notre admiration. Il est notre Sauveur et notre modèle, celui qui, dans la souffrance, offre le salut aux criminels qui l’entourent, pardonne à ses ennemis et se soucie de sa famille et de ses amis.
 

Jésus est le seul héros parfait, le seul qui ne nous déçoit jamais! Apprenons à marcher d’une manière digne de sa souffrance, de son sacrifice et de son amour. Puisque Jésus a été jusqu’au bout pour nous, allons nous aussi jusqu’au bout AVEC et POUR lui. Ne cessons pas de le remercier, de l’adorer et, ce qui importe encore davantage, confions-lui nos vies et efforçons-nous de le suivre en suivant son exemple incomparable de persévérance et de courage.

 

 


________


D'après le message apporté à NV Longueuil.

SI VOUS SOUHAITEZ ÉCOUTER CE MESSAGE, CLIQUEZ ICI.

Vous avez des questions ou des commentaires?
Courriel : blog@nouvellevie.com

 


________


D'après le message apporté à NV Longueuil.

SI VOUS SOUHAITEZ ÉCOUTER CE MESSAGE, CLIQUEZ ICI.

Vous avez des questions ou des commentaires?
Courriel : blog@nouvellevie.com



Partager

Suivez-nous / top-chretien.svg