L’amour est aveugle: le piège à éviter!

431-jp-beaudry_relation-ideales2

Comment sont nos relations? Comment est notre relation de couple?

Elles ne sont pas parfaites; elles sont parfois même tendues et difficiles.

Que nous soyons jeunes ou expérimentés, peu importe, la parole de Dieu nous enseigne beaucoup sur le sujet. Cette parole est capable de réaligner nos vies et nos relations.

Dieu nous parle de la relation idéale, cela avant qu’Adam et Ève ne lui désobéissent.

« C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte. »
— Genèse 2.24-25

Mais déjà au chapitre suivant, après que Dieu nous a parlé de son plan pour des relations idéales, il nous informe que l’ennemi a aussi ses propres plans pour des relations difficiles.

« Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? »
— Genèse 3.1

L'AMOUR EST AVEUGLE

L’amour génère parfois des émotions si fortes qu’il nous aveugle. Mais demandons à Dieu de nous ouvrir les yeux. Dieu a un mode d’emploi pour nos relations.

Il a placé l’homme (Adam) dans une position de présence et de relation avec lui, avant même de lui donner une relation avec la femme.

«L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. »
— Genèse 2.15

Nous avons donc un besoin primaire de relation avec Dieu, avant toute autre relation. Les autres relations seront bonnes, seulement si Dieu est au centre de NOTRE vie.

UNE RAISON D'ÊTRE

Dieu donne ensuite à Adam une raison d’être.

« L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant porte le nom que lui donnerait l’homme. »
— Genèse 2.19

Dieu a des tâches et des responsabilités pour nous. Avant que d’autres relations se présentent à lui, Adam est dans la présence de Dieu, et il est occupé pour Dieu, par l’appel que Dieu a pour lui. Notre épanouissement à chacun dépend de Dieu avant tout, parce que lui seul peut nous combler.

UN CONTEXTE

Dieu donne un contexte dans lequel vivre. Il donne à Adam et Ève la perfection sur Terre : le jardin d’Eden. Le jardin complet est à leur disposition, à une exception près.

« L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. »
— Genèse 2.16-17

Il fixe dans ce contexte des paramètres pour leur relation, tel que l’intimité entre l’homme et la femme.

« C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte. »
— Genèse 2.24-25

Il nous dirige pour nous protéger, afin que nous ne quittions pas son chemin.

Mais dès le verset suivant, la parole de Dieu nous enseigne qu’Adam et Ève sont sortis du contexte que Dieu leur a offert.

« Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? »
— Genèse 3.1

LE PIÈGE

L’ennemi ne s’annonce pas, il ne préviendra personne de son plan et ses projets. Pour détruire le contexte parfait de Dieu pour l’homme et la femme, l’ennemi ne s’est servi que d’une chose très banale : une pomme! Et il a réussi.

Le piège de l’ennemi se présente à nous comme une accumulation de petites choses de la vie. Chacune semble simple, mais l’accumulation de toutes ces choses rend la chute inévitable. À un point tel que la question n’est même pas si cela nous arrive, mais plutôt quand cela nous arrivera-t-il? Nous nous sentirons déçus, trahis, blessés, offensés; mais comment réagirons-nous lorsque cela arrivera?

Le plan de Dieu est de nous unir, mais le plan de l’ennemi est de nous diviser et il cultive subtilement les racines de notre amertume.

« Veillez à ce que nul ne passe à côté de la grâce de Dieu, à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés. »
— Hébreux 12.15

L’amertume, lorsque nous ne prenons pas soin d’en prendre conscience et de la relâcher, en vient à créer une forteresse autour de nous.

« Des frères sont plus intraitables qu’une ville forte, et leurs querelles sont comme les verrous d’un donjon. »
— Proverbes 18.19

La Bible contient des conseils pour nous libérer de cette chute et de cette amertume, des trucs pour relâcher les petites choses une à la fois, évitant qu’elles ne s’accumulent. Être blessé, c’est une situation, mais rester blessé est une décision.

« L’homme qui a de la sagesse est lent à la colère, et il met sa gloire à oublier les offenses. »
— Proverbes 19.11

En choisissant de passer par-dessus les petites offenses, en évitant de les laisser s’accumuler, nous parvenons à ne pas subir l’amertume et ne pas avoir à démolir la forteresse qui s’est construite autour de nous.

LE PRIX PAYÉ

Réalisons ceci :  toutes les fois où Jésus a fait ce qu’il faut avec nos offenses, nos faiblesses et nos maladresses, Jésus a payé un grand prix pour nous. En passant par-dessus nos offenses, il nous donne sa grâce et son pardon avec bonté et fidélité.

À nous de chercher à l’accepter et à l’imiter, pour notre bien. Il est toujours là pour nous.

Pasteur Jean-Philippe Beaudry

Vous avez des questions ou des commentaires?
Courriel : blog@nouvellevie.com

PARTAGER

BLOG

SUGGESTION
POUR VOUS

CÉLÉBRATIONS EN LIGNE

LES DIMANCHES À 9H